Naissance de la station balnéaire

Le développement de Cabourg, qui n'était auparavant qu'un modeste village de pêcheurs, trouve son origine en 1853, date à laquelle Henri Durand-Morimbeau, avocat et homme d'affaires parisien, et Achille Colin, directeur du théâtre de la porte Saint Martin, vivement séduits par la beauté du site, ont l'idée d'y établir une station dédiée aux bains de mer.

Ils constituent en 1854 une Société Thermale qui rachète les dunes bordant la mer et ils entreprennent avec l'architecte Paul Leroux de dessiner le plan d'une nouvelle station "Cabourg-les-Bains" dont les avenues sont tracées en forme d'éventail à partir d'un point central qui sera constitué par le Casino.

Cabourg-les-bains est inaugurée en 1855. Des affiches publicitaires vantent tout l'intérêt de cette station de bains de mer à moins de 5 heures de Paris. Un premier Casino est construit en bois dès 1854. Tandis qu'un "Grand Hôtel" est construit en 1861 devant la mer. En 1867 le Casino en bois est remplacé par un Casino en pierre.

La station se développe surtout à partir du second Empire. De belles villas, chalets ou maisons de maîtres sont construites peu à peu dans les avenues de Cabourg-les-bains. L'essor de la station est facilité par l'arrivée du chemin de fer jusqu'à Trouville en 1863 puis jusqu'à Dives-Cabourg en 1884.

En 1887, une digue permettant la promenade à pied est réalisée en bordure de mer afin de protéger protéger le littoral. Cette digue sera édifiée sur une longueur de 1800 mètres.

La belle Epoque

Dans la période de la fin du XIXème siècle et du début du XXème, période dite de la " Belle Epoque", Cabourg parachève son évolution et apparait comme la "Reine des plages".

De nouveaux équipements apparaissent : le Garden-Tennis et le Golf. Le Grand Hôtel est reconstruit (1907) ainsi que le Casino (1909). De nouvelles villas cossues sont construites et achetés par de riches propriétaires attirés par la station.

Cabourg apparait comme un lieu de villégiature favori pour l'articocratie ou la haute bourgeoisie. Elle devient la "Reine des plages" de la côte fleurie. C'est aussi un lieu de fêtes et de spectacles pour les touristes durant la saison estivale. Les plus grands artistes parisiens de l'opérette ou du music-hall se produisent à Cabourg.

Son air iodé et vivifiant est même recherché et lui permet d'être classée comme station climatique. Durant cette période, Marcel Proust venait régulièrement à Cabourg pour soigner son asthme. Il avait l'habitude de séjourner au Grand Hôtel. Il trouvera précisément à Cabourg, qu'il appellera Balbec, l'inspiration pour une partie de son oeuvre.

La guerre de 1914 met fin à cette période heureuse et insouciante. Le Grand Hôtel sera transformé en "Hôpital dépôt de convalescents".

Cabourg au 20ème siècle

Entre les deux guerres, Cabourg connait une reprise de l'activité touristique particulièrement dans la période des "années folles". La station développe le sport ainsi que les spectacles et les fêtes. De nouvelles constructions d'hôtels apparaissent comme le Normandy hôtel.

Dans la période des années 30, la crise économique entraîne une diminution sensible de l'activité touristique malgré les "congés payés" accordés par le gouvernement de Front populaire en 1936.

La guerre de 1939-1945 a pour conséquence l'arrêt complet de l'activité touristique de Cabourg. C'est l'occupation par les allemands du Grand hôtel et de villas en bord de mer. La Kommandantur s'installe avenue de la mer. En 1943, des "blockhaus" sont construits en bord de mer et la plage est couverte de mines. En 1944, au moment du débarquement, la population de Cabourg a déserté la ville. Cabourg est libérée le 21 août 1944.

La station a connu un nouveau développement après la guerre sous l'impulsion d'André Thiers devenu Maire en 1947 puis de Bruno Coquatrix, directeur de l'Olympia et Maire de Cabourg en 1971. A partir des années 70 Cabourg a connu un développement immobilier considérable dans la construction d'immeubles destinés à des résidences secondaires.

 

Cabourg, ville romantique et sportive:

Cabourg, Ville Romantique …

« Commune la plus romantique de France » : une juste reconnaissance pour cet ancien petit village de pêcheurs où, il y a plus d’un siècle, chaque été, Marcel Proust venait soigner sa santé fragile.  C’est dans le Grand Hôtel situé sur la promenade de front de mer qui porte désormais son nom et où les amoureux aiment à se balader, que l’auteur entreprit l’oeuvre de sa vie  : « A la recherche du temps perdu ».

Cabourg, Ville sportive !

Toujours en quête de favoriser ce dynamisme sportif cher à de nombreux Cabourgeais et visiteurs, la Ville de Cabourg  propose tout au long de l’année une panoplie d’activités telles que : équitation, sports nautiques, golf, mais également des évènements running : « les 10km de l’Hexagone », le « Trail de l’Estuaire de la Digue » ou encore « la Frappadingue ».

 

Cabourg élargit aujourd’hui son offre running avec la création d’une épreuve à dimension nationale avec un Semi-Marathon dont une épreuve en duo est spécialement dédiée aux Amoureux (« Challenge Marcel Proust »).

CABOURG, LA ROMANTIQUE

REJOIGNEZ NOUS:

CONTACTEZ NOUS:

Accueil          -          Mentions Légales          -          Règlement